Politique de confidentialité |  © Vita Cultura 2022 | V. 2

Vita Cultura | 5B rue Cardon 78380 Bougival - France

Articles, Publications et Interventions

André-Louis Périnetti

17/06/2017

André-Louis Périnetti

Hommage à un ami disparu.

 

André-Louis Périnetti a dirigé le Théâtre national de Strasbourg, le Théâtre national de Chaillot ; il a créé le Théâtre de la cité internationale, animé le monde du théâtre international comme secrétaire général de l'Institut international du théâtre de l'Unesco. Compagnon de Jean-Marie Serreau, il n'a cessé de regarder le monde comme une scène du partage et de l'amitié entre les peuples.

Article paru dans la revue de l'Institut international du Théâtre-Unesco

1989. J’ai rencontré André-Louis Périnetti en 1989, dans son bureau de l’Institut international du Théâtre au siège de l’Unesco. Jeune acteur et metteur en scène revenu d’Afrique où je venais de fonder avec des artistes centrafricains la Troupe nationale centrafricaine, dans mon esprit je rencontrais davantage le compagnon de route de Jean-Marie Serreau et le fondateur du Théâtre de la Cité internationale, l’ancien directeur de deux théâtres nationaux, que le patron de l’ITI. 


Nous avions rendez-vous à l'Unesco pour une trentaine de minutes et nous avons parlé plus de trois heures ensemble. Le lien s'est noué ce jour-là et ne s'est jamais dénoué. André-Louis m’a fait découvrir le rôle de l’ITI et m’a proposé, au terme de ces trois heures de discussion, de participer à une Université du Théâtre des Nations à Helsinki (Finlande) sous la direction de Mohamed Driss, puis quelques semaines plus tard, une autre session de l’université à Séoul (Corée du Sud) sous la direction de Kim Jeong Ok. 


Ce sont deux moments de théâtre qui ont profondément marqué ma vie professionnelle et ma vie personnelle. 
1989. Le hasard a fait que je me trouvais à Berlin le 9 novembre 1989, stupéfait d’assister à l’histoire en direct. Ce mur qui tombait, c’était aussi tout un pan de l’histoire de l’ITI qui se transformait. Il allait falloir inventer une autre façon de penser les relations internationales du théâtre, dans un monde désormais multipolaire, bien plus complexe que le seul affrontement Est/Ouest. La nouvelle donne diplomatique constituait un formidable atout pour la reconnaissance des cultures du Sud, et pour celle des théâtres africains, asiatiques, sud-américains.


André-Louis Périnetti portait cette vision, en puisant dans sa propre histoire théâtrale, dans sa propre expérience d’artiste, dans ses convictions humanistes. Nous partagions cette vision du monde où l'on apprend toujours de ce qui nous est différent, et nous avons mené plusieurs combats ensemble pour faire avancer cette ouverture au monde, pour défendre aussi le rôle de l’espace francophone.


Comme beaucoup d’autres, je dois beaucoup à André-Louis, théâtralement, professionnellement et surtout personnellement. Il a suivi une longue partie de mon cheminement d’artiste, je l'ai accompagné dans ses projets pour l’ITI. Puis il a accepté de présider le théâtre dont je venais de prendre la direction. Ses conseils, ses encouragements, son expérience représentaient une vraie sécurité pour un jeune directeur de théâtre, son regard exigeant et bienveillant sur les créations théâtrales obligeait à aller toujours plus loin. 


Il donnait l’impression d’avoir connu tous les plus grands metteurs en scène, d’avoir vu un nombre incalculable de spectacles, et cette grande culture théâtrale se dévoilait par d’innombrables anecdotes.


André-Louis Périnetti, c’était aussi une indépendance farouche et une volonté de liberté au service d’un rapport toujours critique au politique, qui plaçait le théâtre comme l’espace essentiel d’un contre-pouvoir du politique, pour mieux l’interroger, pour mieux négocier avec lui également. 


André-Louis était de ces amis dont la présence accompagne toujours et dont l'expérience rassure et encourage. Nous savions bien des choses l'un de l'autre. Le théâtre lui doit beaucoup. Je lui dois beaucoup.


Je garde d'André l'image de son sourire, aussi éclatant que bienveillant.

 

SF

 

En savoir plus

La revue complète

https://docplayer.fr/73286737-In-memoriam-andre-louis-perinetti.html

https://www.rueduconservatoire.fr/andre-louis-perinetti/#.Y1JPe3ZBy5c

https://www.lefigaro.fr/theatre/2017/04/10/03003-20170410ARTFIG00310-mort-d-andre-louis-perinetti-grand-homme-de-theatre.php